Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 octobre 2012

Une queue, des boules, c'est du billard

Une queue, des boules, c'est du billard

 

« Avoir des relations sexuelles à quatre-vingt-treize ans, c’est un peu comme essayer de remplacer une canne de billard par une corde. »

George Burns

Queue, boules, billard, tapis, vert, craie, bleu, rouge, jaune, blanche, homme, homosexuel, gay, nu

Le nom du billard viendrait de son inventeur, un tailleur anglais vivant à Londres en 1560, prénommé Bill qui avait pour habitude de jouer avec les trois billes qui composaient son enseigne en les poussant sur son comptoir à l’aide de son mètre de couturier : d’où le nom donné au jeu : Bill’s yard (littéralement : « le mètre de Bill »).


Cette anecdote, rapportée par un journaliste dans l'Intermédiaire des Chercheurs et des Curieux sous le titre inventif d'Histoire du billard, a été rapidement démontée, car le jeu existait déjà depuis trois siècles et les tables étaient apparues en 1469.


En France, les premières tables de billard seraient apparues à cause du climat.


Les nobles adeptes du croquet voulant jouer quel que soit le temps auraient introduit une version du jeu adaptée à l’intérieur des bâtiments, et par la suite développé une version sur table en poussant les billes non plus avec la tête des cannes de croquet, mais avec l’extrémité du manche.


Le mot « billard » est attesté en français dès le XIVe siècle, il dérive de « bille » (dans le sens de « pièce de bois », mot d'origine gauloise) et il est d'abord employé pour désigner « un bâton recourbé pour pousser les boules ».


Les sens modernes « jeu », « table », puis « maison où se tient le jeu » se développent à partir du XVIe siècle.


Le terme ne dérive donc pas du mot « bille » (petite boule) comme on pourrait le penser.


Les premières commandes de tables de billard dont il reste trace datent du XVe siècle, sous le règne de Louis XI.


On raconte que c’est ce roi qui, souffrant de douleur de dos, aurait commandé à son ébéniste une table pour jouer au croquet à hauteur d’homme.


Longtemps réservé à la noblesse, il semble se populariser au cours du XVIIIe siècle dans des salles publiques.


Il est cependant bien loin du billard actuel.


Au XIXe siècle, de nouvelles techniques le rapprochent un peu de sa structure actuelle, et des modes de jeu que nous connaissons.


Il prend son essor après 1950, et sort peu à peu des salles obscures pour conquérir les salons des particuliers.


Si par le passé billard rimait avec salle glauque, enfumée et plus ou moins malfamée, ce n’est plus le cas de nos jours.

 

Source : Wikipédia

Commentaires

j'aime ce jeu

Écrit par : telos | mardi, 02 octobre 2012

Le vrai billard ?
Avec de vraies boules et une vraie queue ?
Ah ouais ?
Bonne soirée,
Jj

Écrit par : Jj | jeudi, 04 octobre 2012

quelle histoire !

Écrit par : buddha | mardi, 02 octobre 2012

N'est-ce pas ? et ?
bonne soirée,
Jj

Écrit par : Jj | jeudi, 04 octobre 2012

sympa comme jeu et beaucoup d amateur
bises

Écrit par : Monica et la mer | mardi, 02 octobre 2012

Ma mère était une championne dans cette discipline !
Moi aussi, mais dans un autre domaine !
Jj

Écrit par : Jj | jeudi, 04 octobre 2012

Alors "on" se fait une petite partie !
J'ai les "boules multicolores" et je sais bien jouer ..

Écrit par : Michèle | jeudi, 04 octobre 2012

Multicolores ... humm tout un programme,
Il y a du monde...
Bonne soirée,
Jj

Écrit par : Jj | jeudi, 04 octobre 2012

J'aime ce jeu, pas trop le pool de huit.
Bises

Écrit par : covix | jeudi, 04 octobre 2012

Les poulets non plus, je n'aime pas, surtout quand ils sont 22
Jj

Écrit par : Jj | jeudi, 04 octobre 2012

Moi j'avais rencontré bien plus gros, dans mes débuts de jeune, et comme c'étais devenu très courant, j'en finissais par être le plus fort, vus le nombre de fois où je participé avec. Jusqu'au jour où mon regard c'est porté d'office sur des boules plus petites. Elles étaient beaucoup plus nombreuses où il m'avait fallu jouer avec toutes.
J'en avais ressentit une meilleur manipulation, juste d'un diamètre pouvant se tenir chacune dans mes deux mains. Pas toutes, mais quand je pouvais je les prenais.
Il m'a fallut par la suite que j'apprenne à bien les rentrer (où); mais j'étais jeune encore.
Aujourd'hui je sais que je préfère celles-ci car je sais qu'elles sont bien plus maniable, qu'on ne les fait pas tomber vu que nous en prenons bien plus d'attention et de douceur.
Mais qui sont-elles? Ben celles que tu veux nous montrer sur la photo bien-sur!
Bise et aussi à elles.

Écrit par : jacky | jeudi, 26 février 2015

Les commentaires sont fermés.