Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 octobre 2012

Le premier jour du reste de ma vie

Le premier jour du reste de ma vie


podcast

Le premier jour du reste de ma vie, Le premier jour du reste de ta vie, Etienne Daho, Daho, vie, coeur, opération, pacemaker, défibrillateur, transplantation, CMH, Hypertrophie, myocarde, cardiomyopathie, ventricule, gauche, droit, oreillette, anévrisme, aorte, angor, angine, poitrine, IVA, spastique, ischémique

Un matin comme tous les autres
Un nouveau pari
Rechercher un peu de magie
Dans cette inertie morose

Clopin clopan sous la pluie
Jouer le rôle de sa vie
Puis un soir le rideau tombe
Et c'est pareil pour tout l'monde

Rester debout mais à quel prix
Sacrifier son instinct et ses envies
Les plus essentielles

Mais tout peut changer aujourd'hui
Et le premier jour du reste de ta vie
Plus confidentiel

Pourquoi vouloir toujours plus beau ?
Plus loin plus haut ?
Et vouloir décrocher la lune
Quand on a les étoiles

Quand les certitudes s'effondrent
En quelques secondes
Sache que du berceau à la tombe
C'est dur pour tout l'monde

Rester debout mais à quel prix
Sacrifier son instinct et ses envies
Les plus confidentielles

Mais tout peut changer aujourd'hui
Et le premier jour du reste de ta vie
C'est providentiel

♫♪ Musique ♪♫

Debout peu importe le prix
Suivre son instinct et ses envies
Les plus essentielles

Tu peux exploser aujourd'hui
Et le premier jour du reste de ta vie
Non accidentel

Oui tout peut changer aujourd'hui
Et le premier jour du reste de ta vie
Plus confidentiel


coeur, malade, Rangueil, hospitalisation, Toulouse, coronarographie, 61, CHU, Hôpital, Purpan

Commentaires

Un peu triste la chanson

Écrit par : anto | vendredi, 26 octobre 2012

Comme beaucoup des chansons d’Étienne !
Pour cela que je l'aime autant !
Bonne journée,
Jj

Écrit par : Jj | vendredi, 26 octobre 2012

on sait qu' au bout, il y a la mort, et pourtant, on veut toujours des enfants !
Peut être pense t' on revivre en eux !

Écrit par : trublion | vendredi, 26 octobre 2012

Avoir des enfants n'est pas donné à tous, certains n'en veulent pas, par égoïsme.
Mais en avoir, n'est-ce pas tout aussi égoïste quelque part ?
On leur donne la vie en les condamnant à mort !
Bonne journée Trublion,
Jj

Écrit par : Jj | vendredi, 26 octobre 2012

...une chanson que je ne connais pas trop...! mais belle! ... et pour la volonté de ne pas avoir d'enfant, ce n'est pas forcément de l'égoïsme...!

Écrit par : daniel.l | vendredi, 26 octobre 2012

non, pas forcément, un long questionnement aussi, un choix, une envie de ne pas faire souffrir, ça peut se comprendre autant que d'en vouloir à tout prix !
Bonne soirée Daniel,
Jj

Écrit par : Jj | vendredi, 26 octobre 2012

Très belle chanson, n'est elle pas du au départ de son père.. en tout cas, je garde un excellent souvenirs du condamné à mort avec J Moreau.
Je me souviens avoir vu un film avec J Gamblin portant ce titre, magnifique.
Bises

Écrit par : covix | vendredi, 26 octobre 2012

J'ai cherché parce que je ne savais pas, mais finalement non ! J'ai trouvé ça, et j'ai cherché les titres de l'album "l'invitation" il n'y a pas cette chanson.

« L’invitation » est le plus intime de ses albums. Il l’a en partie conçu dans son domicile parisien et consacre une chanson à son père absent. Il légende pour nous les photos de l’enregistrement prises par Pierre-René Worms et s’explique.

Paris Match.
“Boulevard des Capucines” s’adresse à votre père, que vous n’avez pas connu.

Etienne Daho.
Je voulais montrer qui je suis aujourd’hui, un homme de 50 ans qui va bien malgré ses tourments. Pour écrire, je suis obligé de passer par des phases, de vivre sans penser à l’artiste. Quand j’ai obtenu une certaine reconnaissance, mon père est venu voir mon spectacle à l’Olympia. Je n’avais dû le voir qu’une fois... traverser ma chambre en courant. Il s’est adressé à l’entrée des artistes le dernier soir de concert. Ce devait être une soirée de fête. Mais on m’a averti de sa présence juste avant de monter sur scène. Ça m’a déstabilisé, je ne l’avais jamais revu... J’étais un jeune homme en vogue, un peu sûr de moi, je ne m’attendais pas du tout à cet événement . Du coup, je lui ai interdit l’accès de la loge, je n’avais pas envie d’être rattrapé par le passé. Le passé, on peut en parler quand il ne fait plus mal. Mais là, c’était trop douloureux. Je suis un homme ; la gent masculine a du mal à parler de choses très privées.

Que s’est-il passé ensuite ?

Il est décédé en 1990. Du coup, je suis parti pour Londres. J’ai longtemps dit que c’était pour d’autres raisons, mais la vérité est là. Son départ m’a remué. J’ai tout arrêté. Sa mort a eu beaucoup plus d’impact sur moi que ce que j’imaginais. Mais il ne faut jamais fuir ce que l’on est. C’est mon histoire, je n’y changerai pas grand-chose. Cela paraît profond et intense, mais je ne vois pas cet épisode comme un moment douloureux, au contraire. Cela m’a permis de me construire. Si je suis aujourd’hui solide et droit dans mes bottes, c’est parce que j’ai appris très tôt à être le petit mâle de la famille.

Pourquoi en faire une chanson ?

J’ai récemment mis la main sur un paquet de ses lettres que je n’avais jamais ouvertes. Quand je les ai lues, elles m’ont apaisé. Il demandait pardon. La chanson est venue de là. Mon père portait le même prénom que moi... Quand j’ai commencé, je m’appelais Etienne junior. Voir son nom au fronton de l’Olympia a dû être un moment surréaliste pour lui.

Regrettez-vous de ne pas l’avoir vu ?

Bien sûr, mais je n’étais pas prêt. Je ne pouvais pas lui parler. J’ai fait comme j’ai pu avec les armes dont je disposais.

Pourquoi traiter ce sujet si tard ?

J’aurais aimé le faire bien avant, mais ce n’était pas simple. J’ai écrit cette chanson pour moi, sans vouloir la mettre sur le disque. Mais tous mes proches m’ont poussé à l’inclure. C’est une chanson importante ; on ne l’écrit qu’une fois dans sa vie.


« L’invitation » (Capitol/Emi). En tournée à partir de mars 2008. A l’Olympia, à Paris, du 3 au 9 juin.
Benjamin Locoge - Parismatch.com

http://www.parismatch.com/Culture-Match/Musique/Actu/Etienne-Daho-a-trouve-son-re-pere.-67451/

Écrit par : Jj | vendredi, 26 octobre 2012

... mais quand commence t'on réellement à "vivre" ?

Très belle chanson !

Viviane.

Écrit par : * Viviane * | vendredi, 26 octobre 2012

Je me le demande encore et pourtant je suis plus près de l'arrivée que du départ !
Bonne soirée,
Jj

Écrit par : Jj | vendredi, 26 octobre 2012

Photos et chanson qui en disent long !
De quoi réfléchir un maximum : hier, aujourd'hui...demain peut-être ?

Écrit par : Michèle | vendredi, 26 octobre 2012

Oui, peut-être, c'est bien le mot qu'il faut !
Bonne soirée,
Jj

Écrit par : Jj | vendredi, 26 octobre 2012

Daho ecrit toujours de tres belles chansons qui prennent naissance dans quelque chose qui a eu lieu
et qui parlent
celle ci est superbe, triste mais superbe
faire des gosses ? certes egoiste quand on voit l'avenir qui se profile
ne pas en faire : égoiste aussi pour sa petite éternité
joelle

Écrit par : ozymandias | vendredi, 26 octobre 2012

De chaque côté de toute façon c'est un peu égoïste, mais pas que ...
Il y a tant de raison d'en faire ou pas !
Bonne soirée,
Jj

Écrit par : Jj | vendredi, 26 octobre 2012

Belle chanson de Daho malgré sa tristesse. Faire ou pas des enfants? Quand tout a échoué, tu te résignes, la plaie au coeur ! Bises

Écrit par : Petitgris | vendredi, 26 octobre 2012

Je m'étais résigné avant d'en avoir, convaincu que je n'en aurais jamais...
Puis ma vie a pris un autre sens, pour en changer encore après, mais mon vœu a été exaucé.
Bonne soirée,
Jj

Écrit par : Jj | vendredi, 26 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.