Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 janvier 2013

La Pierre de Rosette

La Pierre de Rosette

 

La pierre de Rosette est un fragment de stèle gravée de l'Égypte ancienne portant trois versions d'un même texte qui a permis le déchiffrement moderne des hiéroglyphes. L'inscription qu'elle comporte est un décret promulgué à Memphis en 196 avant notre ère au nom du pharaon Ptolémée V. Le décret est écrit en deux langues (égyptien ancien et grec ancien) et trois écritures : égyptien en hiéroglyphes, égyptien en écriture démotique et alphabet grec. La pierre a une dimension de 112 par 76 centimètres (par 28 cm d'épaisseur). La stèle est en granodiorite, un matériau fréquemment assimilé à tort à du basalte ou du granite.

pierre de Rosette, memphis, londres, british museum, champollion, juillet 1799, déchiffrement, déchiffrage, hiéroglyphe, égyptien, grec, démotique

La pierre de Rosette mesure 114,4 cm de haut, est large de 72,3 cm et épaisse de 27,9 cm. Elle pèse environ 760 kg.


Elle porte trois inscriptions.


En haut, des hiéroglyphes égyptiens, au centre, un texte en écriture démotique et en bas du grec ancien.


La face avant est polie et les inscriptions sont légèrement incisées.


Les côtés de la pierre sont lissés et l'arrière n'est que grossièrement travaillé, probablement car il n'était pas destiné à être visible.

 

pierre de Rosette, memphis, londres, british museum, champollion, juillet 1799, déchiffrement, déchiffrage, hiéroglyphe, égyptien, grec, démotique

Exposée à l'origine dans un temple, la stèle est probablement déplacée au début de l'ère chrétienne ou durant le Moyen Âge, et par la suite utilisée comme matériau de construction pour des fortifications dans la ville de Rosette, dans le delta du Nil.


Elle est redécouverte le 15 juillet 1799 par un soldat français lors de la campagne d'Égypte de Bonaparte.


Premier texte égyptien bilingue connu, la pierre de Rosette éveille rapidement l'intérêt du public en raison de son potentiel pour la traduction des langages de l'ancienne Égypte jusque-là indéchiffrés.


Des copies et moulages circulent parmi les musées et les savants européens.


Pendant ce temps, Napoléon est défait en Égypte et la pierre originale devient possession britannique en 1801.


Transportée à Londres et exposée au British Museum dès 1802, elle est l'objet le plus visité de ce musée.


Nous avons eu la chance le 6 août 2010, de la voir au British Museum, après une bonne attente pour l'approcher !

pierre de Rosette, memphis, londres, british museum, champollion, juillet 1799, déchiffrement, déchiffrage, hiéroglyphe, égyptien, grec, démotique

La première traduction du texte en grec est réalisée dès 1803.


Il faut cependant attendre près de vingt ans avant que le déchiffrage des hiéroglyphes ne soit annoncé par Jean-François Champollion, à Paris, en 1822, et plus encore avant que les érudits ne soient capables de lire les inscriptions égyptiennes antiques avec assurance.


Les principales étapes de déchiffrement ont été :

  • - la reconnaissance que la pierre comporte trois versions du même texte (en 1799) ;
  • - le fait que le texte en démotique retranscrit phonétiquement des noms étrangers (1802) et que le texte en hiéroglyphes fait de même et comporte d'importantes ressemblances avec le démotique (Thomas Young, 1802) ;
  • - enfin, la compréhension que le texte en hiéroglyphes utilise des caractères phonétiques également pour écrire des mots égyptiens (Champollion, 1822-1824).

 

pierre de Rosette, memphis, londres, british museum, champollion, juillet 1799, déchiffrement, déchiffrage, hiéroglyphe, égyptien, grec, démotique

Depuis sa redécouverte, la pierre de Rosette est l'objet de nombreuses rivalités nationales, dont le changement de propriété de la France à l'Angleterre durant les guerres napoléoniennes, de longues polémiques sur les apports relatifs de Young et Champollion à son déchiffrement et, depuis 2003, la demande, par l'Égypte, d'un retour à son pays d'origine.

 

pierre de Rosette, memphis, londres, british museum, champollion, juillet 1799, déchiffrement, déchiffrage, hiéroglyphe, égyptien, grec, démotique

Deux autres exemplaires fragmentaires du même décret sont découverts plus tard, ainsi que plusieurs textes égyptiens bilingues ou trilingues dont deux décrets ptolémaïques légèrement plus anciens (le décret de Canope et le décret de Memphis).


Ainsi, la pierre de Rosette n'est plus une pièce unique, mais son rôle a été essentiel dans la compréhension moderne de la littérature de l'Égypte antique et plus généralement, de sa civilisation.


Source : Wikipédia

Commentaires

j'ai vu aussi, je pense que chacun voulait trouver un mystére !!! que nenni hihihihi

Écrit par : DANY SAILLY | lundi, 14 janvier 2013

Oui, c'est l'attraction du Museum, mais bon, une fois qu'on l'a vue, ben ça change rien ...

Écrit par : Jj | lundi, 14 janvier 2013

Je l'ai vu à Londres, et l'artiste américain Joseph Kosuth, fut sollicité dans le cadre d'une commande publique pour rendre hommage à J.F Champollion. Il inscrivit la pierre de Rosette au pied de la maison du chercheur à Figeac (46), dans le Lot, et fit graver la traduction sur une porte de verre située à proximité. Cette datte géante en granit noir se situe place des Ecritures. A Figeac se trouve le musée Champollion qui retrace la naissance des écritures. C'est un musée riche, et captivant. Amicalement, Philippe

Écrit par : Philippe | lundi, 14 janvier 2013

J'ai vu hier sur le net justement cet endroit qui n'est finalement pas si loin de chez moi !
À voir certainement !
Bonne journée,
Jj

Écrit par : Jj | lundi, 14 janvier 2013

Trop de monde autour donc je ne l'ai pas vue ! Tu m'apprends quelque chose : elle avait servi dans les fortifications de Rosette !!! C'est quand même incroyable que ce morceau de pierre ait pu servir à lever le voile sur une civilisation aussi fascinante ! Bises

Écrit par : Petitgris | lundi, 14 janvier 2013

Oui, mais je crois que l'on en apprendra encore, il y a tant à découvrir !

Écrit par : Jj | lundi, 14 janvier 2013

J'adore et j'en rêve !
Raymond a une cravate ..
Bises

Écrit par : Michèle | lundi, 14 janvier 2013

Si Raymond a la cravate, je n'ai que le nœud pour ma part !

Écrit par : Jj | lundi, 14 janvier 2013

Qu' es ce qu' elle dit la Mimi son Raymond à une cravate ha ha ha mais quel rapport avec la Pierre de Rosette ha ha ha , bon mais mis à part sa particularité d' être à même de nous parler de l' ancienne Égypte c' est de la pierre comme toutes les pierres non ? où alors je n' ai pas du tout compris à quoi elle peut bien servir , pardon de mon ignorance mais je ne suis pas une grande érudite sur ce genre de découverte . Même si je suis une passionnée de l' Égypte (ancienne bien entendu) les histoires de pharaons , de dieux de toutes sorte alors là , je me pâme , mais la pierre de rosette je ne connaissais pas ou du moins je ne m' en souvient pas du tout .

Bisous , mistralien ha ha ha ...

Écrit par : mamiekeke | lundi, 14 janvier 2013

La pierre comportant trois écritures, elle a permis de déchiffrer les hiéroglyphes qui n'étaient plus descriptibles depuis l'époque romaine !

Quand ils ont réussi a traduire les deux textes qui se sont révélés identiques, il leur a été plus facile de comprendre les signes égyptiens !

Bises
Jj

Écrit par : Jj | lundi, 14 janvier 2013

... merci pour ce moment d'histoire et de culture, personnellement, je préfère la rosette de lyon, plus facile à digérér...!

Écrit par : daniel.l | lundi, 14 janvier 2013

Encore faut il manger du porc... !
Quand je peux m'en passer, je choisis autre chose et de préférence du poisson... J'attends avec impatience d'ailleurs la Rosette de Lyon au poisson !

Écrit par : Jj | lundi, 14 janvier 2013

Je préfère encore la rosette de LYON

Écrit par : anto | lundi, 14 janvier 2013

Oui, tu sembles ne pas être le seul !

Écrit par : Jj | lundi, 14 janvier 2013

Le premier mot qui y a été déchiffré dans les trois écritures est Ptolémée.

Écrit par : Roald | lundi, 14 janvier 2013

Merci pour l'info
Jj

Écrit par : Jj | lundi, 14 janvier 2013

une chance finalement d' avoir trouvé des textes en grec pour la compréhension des hiéroglyphes.
On a au moins la possibilité d' étudier le passé !
Par contre pour les peuples à tradition orale, c' est autre chose

Écrit par : trublion | mardi, 15 janvier 2013

Oui là ça pose problème, retranscrire des paroles dans une langue qui n'existe pas en écriture, les dialectes de peuplades reculées, pas simple...

Écrit par : Jj | mardi, 15 janvier 2013

J'aime l'histoire de cette pierre et les découvertes qu'ella a permis de faire sur la civilsation Egyptienne...

Écrit par : écureuil bleu | mardi, 15 janvier 2013

Mais tu sais qu'il m'a fallu aller à Londres pour en connaître son existence, je n'en avais jamais entendu parler !
Bizarre je trouve parce que nous avons tous abordé l’Égypte en 6ème je crois !

Écrit par : Jj | mardi, 15 janvier 2013

Je vous vante pour votre éditorial. c'est un vrai exercice d'écriture. Développez .

Écrit par : cliquez ici | mardi, 12 août 2014

Les commentaires sont fermés.