Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 mars 2013

Anévrisme ...

Anévrisme ...

... sans rupture !

Anévrisme, veine, artère, aorte, cerveau, sang, mort, accident, vasculaire, cérébral, collet, sac, hémorragie

Fleuve et lacs vus du ciel


Un anévrisme ou anévrysme (du grec ancien, ἀνεὐρυσμα, « dilatation ») est une dilatation localisée de la paroi d'une artère aboutissant à la formation d'une poche de taille variable, communiquant avec l'artère au moyen d'une zone rétrécie que l'on nomme le collet. Sa forme habituelle est celle d'un sac, son diamètre pouvant atteindre plusieurs centimètres.

 

Un anévrisme de l'aorte ascendante est une dilatation (anévrisme) concernant la partie de l'aorte comprise entre sa naissance, au niveau cardiaque, et l'émergence des gros vaisseaux (aorte thoracique horizontale).


Le risque en est la rupture ou la dissection aortique (déchirure d'une partie de la paroi de ce vaisseau).


Sa formation est favorisée par une hypertension artérielle. Plusieurs maladies favorise également son apparition : maladie de Marfan, bicuspidie aortique, insuffisance aortique dans le cadre d'une maladie annulo-ectasiante, maladie d'Ehlers-Danlos, syndrome de Loeys-Dietz.


Contrairement à l'anévrisme de l'aorte abdominale, l'athérome ne semble pas jouer un rôle majeur dans la formation d'un anévrisme de l'aorte ascendante.


D'autres causes ne sont pas spécifiques de cette localisation : artérites inflammatoires, traumatisme, infection…


L'évolution se fait vers l'augmentation progressive du diamètre de l'aorte.


La survenue d'une dissection aortique est une complication grave, avec un risque vital majeur, nécessitant une prise en charge chirurgicale en urgences. Le risque est majoré par la taille de l'anévrisme. Les propriétés élastiques de l'aorte ascendante serait également un facteur de risque dans le cas d'une maladie de Marfan.


Le traitement chirurgical nécessite l'installation d'une circulation extra-corporelle et est donc réalisé en chirurgie cardiaque et non pas en chirurgie vasculaire, contrairement au traitement d'un anévrisme de l'aorte abdominale.


Il consiste en la résection de l'anévrisme aortique et son remplacement par un tube. L'atteinte de la valve aortique conduit à procéder au remplacement de cette dernière dans le même temps. Dans ce cas, un tube porteur d'une valve est mise en place (« opération de Bentall »).


Les artères coronaires sont réimplantés sur le tube, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un petit tube artificiel qui est fixé sur le tube principal.

Commentaires

mieux vaut ne rien savoir sinon on se flingue de suite..

Écrit par : telos | mercredi, 06 mars 2013

Ben merci pour moi.... Tu me files un coup de main ?

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

L'anévrisme est dangereux mais ça chacun le sait et on ne peut pas le détecter...bises

Écrit par : Arlette50 | mercredi, 06 mars 2013

Ben si on peut le détecter, mais pas la rupture par contre !!

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

... je ne me suis jamais penché sur ce problème, mais ton explication m'apprends plein de choses, merci! ...et la photo est belle!

Écrit par : daniel.l | mercredi, 06 mars 2013

Oui on passe souvent à côté de tout cela quand on n'est pas concerné !

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

Mince Jj, comment je suis désolée de l'apprendre, tu avais déjà mal au dos ça en plus c'est pas évident, et je comprends pourquoi tu es très fatiguée... courage
bises

Écrit par : Arlette50 | mercredi, 06 mars 2013

Le dos n'est rien (et c'est fini) à côté de cela qui n'est qu'une partie infime des problèmes de santé que j'ai et qui me fatiguent autant !
Bonne journée,
Jj

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

On essaie de ne surtout pas y penser ... Bon mercredi bisous frileux .
Renée (mamiekéké)

Écrit par : mamiekeke | mercredi, 06 mars 2013

Facile à dire ça !!

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

Tu m'apprends des choses là ! Mais tant qu'il n'y a pas rupture on endure ? Bises

Écrit par : Petitgris | mercredi, 06 mars 2013

Oui, on essaie d'endurer, pas simple quand on vit avec !

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

Salut
La gravité dépend surtout de la localisation et de la possibilité d'accéder facilement à la zone pour supprimer le renflement .C'est plus facile à dire qu'à subir :bon courage

Écrit par : anto | mercredi, 06 mars 2013

Sur l'aorte ascendante à 4 cm de ce cœur en très mauvais état, une bombe à retardement en quelques sortes !

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

Là, j'ai un exemple récent témoignage d'une ancienne élève, qui a fait une rupture d'anévrisme grave ...mais qui s'en est bien sortie et elle vit bien aujourd'hui !
Chacun est un cas particulier, alors effectivement s'informer c'est important mais ce genre de chose ne prévient pas ! L'essentiel c'est d'être en vie !
Et d'essayer de se la faire douce; moi j'ai soit disant des douleurs "post-polio" ça veut dire quoi ? Une amie a été "bourrée" de médicaments qui n'ont rien changé au problème.
Alors : "sois sage ô ma douleur"...
Bises

Écrit par : Michèle | mercredi, 06 mars 2013

Le mien est situé au niveau d'une artère cardiaque, je ne sais pas si je peux espérer autant de chance !

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

oh sujet délicat, mais très instructif , tu m'apprends plein de choses , (mais ça fait peur) bon mercredi

Écrit par : DANY SAILLY | mercredi, 06 mars 2013

Mieux vaut ne pas savoir, vivre avec ça, c'est angoissant !

Écrit par : Jj | mercredi, 06 mars 2013

Brrr cela fait froid dans le dos, pas simple de vivre avec un tel problème. mais la chirurgie fait des miracles...
Bises

Écrit par : covix | vendredi, 08 mars 2013

Oui, il paraît, mais rien que d'y penser, ça me fait encore plus peur !

Écrit par : Jj | vendredi, 08 mars 2013

Le père de mon amie est décédé d'une dissection aortique. Il n'en sut jamais rien, car ce fut rapide. Il était bagagiste, et jusqu'à la veille de cet accident, il a travaillé. De nombreuses maladies vasculaires restent inconnues, jusqu'à ce qu'un examen, le détecte insidieusement. De vraies bombes ! Heureusement que la radio interventionnelle a fait de nombreux progrès. Des équipes sont désormais rompues à ce type d'opération. A Pompidou, à Paris il y a une équipe remarquable pour les anévrismes aortiques. A chaque jour vaut sa peine. Bon soirée. Philippe

Écrit par : Philippe | vendredi, 08 mars 2013

Je garde l'option parisienne en cas de besoin alors !

Écrit par : Jj | vendredi, 08 mars 2013

Les commentaires sont fermés.