Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 octobre 2014

L'oiseau Bleu, Kalîla et Dimna, XVème siècle

L'oiseau Bleu,

Kalîla et Dimna,

XVème siècle

 

L'oiseau Bleu, Kalila et Dimna, XVème siècle, Covix, Bernard, Lyon, courrier, enveloppe, rouge

Pañchatantra :
Le Livre de Kalîla et Dimna

-

 

 

Dès 570, l’empereur perse Khosro 1er, ayant entendu vanter ce recueil, envoya en Inde son premier médecin Borzouyeh avec pour mission d’en rapporter une copie.

 

Le Pañchatantra connaît alors une traduction en pehlvî, avec adjonction d’une préface d’Ali Ben Ach Chah al Farsi, puis en arabe par l’écrivain persan Ibn al-Muqaffa vers 750 à partir d’une version en pehlvî désormais perdue.

 

C'est l'importance de ces modifications qui va amener André Miquel dans sa traduction contemporaine à présenter Ibn al-Muqaffa comme l'auteur à part entière.

 

Le titre de la version arabo-persane, Kalîla wa Dimna, vient des noms de deux chacals, Kalîla et Dimna (dérivés du sanskrit Karataka et Damanaka), qui sont les héros du premier conte du premier livre.

 

Cette version arabe a été le chaînon majeur du passage de l'œuvre dans le monde occidental.

 

Elle connaît très vite un immense succès dans un monde arabe en expansion et féru de culture antique.

 

Ainsi de nombreux manuscrits vont être produits et diffusés ; il en reste de nombreux exemples aujourd'hui, étudiés par exemple par Leila Benninouche mais ni le manuscrit original, ni les premières versions n'ont été conservés.

 

Cet ouvrage fut traduit en grec au XIème siècle par Syméon Seth, en hébreu par Rabbi Joël au XIIème siècle, en latin, entre 1263.

 

Les contes se répandent aussi en Chine et dans l’Asie du Sud-Est sur les routes des pèlerins bouddhistes.

 

Le Pañchatantra connut aussi plusieurs adaptations en Inde-même, comme le très populaire Hitopadesha (हितोपदेश) et le Pañchâkhyânoddhâra (पञ्चाख्यानोद्धार), rédigé au Goujerat par le moine jaina Meghavijaya vers 1660.

 

Le Kalîla wa Dimna a été joliment enluminé, en particulier par l’école de miniature persane de Hérat en Afghanistan (à laquelle se rattache le grand peintre miniaturiste Behzad) au XVème siècle.

 

Merci à Covix pour l'envoi de cette gentille carte.

Commentaires

Bonjour Jj,

Une culture qui hélas nous échappe pour des raisons d'obscurantismes, bien gardé au chaud par des détracteurs eux mêmes. Le savoir ne doit pas toucher le peuple.
Merci de cet article et le lien.
bonne journée
Bises

Écrit par : covix | mercredi, 29 octobre 2014

Les commentaires sont fermés.