Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 novembre 2013

Nous irons ensemble

Nous irons ensemble

 

où en sommes nous actuellement ...

 

Mon roman est actuellement chez l'imprimeur depuis un peu plus d'une semaine.

Ça avance, même si je trouve long, normal c'est un premier, il faut parfois que je me dise que mon prochain "bébé" aura mis autant de temps que mes enfants à voir le jour...

Deviendrais-je plus impatient avec l'âge ? Possible !


Ce que contiendra à peu près la première de couverture

roman, nous irons ensemble, livre, bébé, Lior, Julien, guerre

 

Voici pour ceux que cela intéresse, la quatrième de couverture :


Extrait :

« Tu es venu, sans me prévenir, c’est drôle comme il m’est plus facile de t’écrire, alors que, lorsque tu es là, près de moi, je suis incapable de te parler. [...] Je n’ai jamais descendu des escaliers aussi vite, je n’ai même pas fait attention à la façon dont j’étais vêtu, alors que ma belle-sœur était au dehors ; juste un caleçon court de coton blanc et un polo de la même couleur, même si octobre a déjà presque fini son parcours, il ne fait pas si froid ! Et tes bras m’ont tenu chaud, tout de suite, j’étais bien. »

 

De l'éditeur :

Un roman épistolaire très riche, couvrant une période de l’histoire prolifique en événements historiques. Cet aspect, auquel il faut ajouter la sexualité et l’identité des deux protagonistes, donne tout son intérêt au récit. Le choix, surprenant au début, du format de la correspondance, permet ici l’expression directe des sentiments et de l’émotion, qui affleure alors de façon presque palpable à chaque page. Au final, "Nous irons ensemble" déborde d’un humanisme héroïque, et on se laisse très vite prendre par l’émouvante histoire de ces deux jeunes hommes.


Biographie de l'auteur :

Né en 1961 dans un taxi à Amiens, François-Xavier est le second de quatre garçons. Vingt ans infirmier dans la Marine Nationale, puis informaticien, assistant commercial et enfin suit une formation de directeur de pompes funèbres, il parcourt la France métropolitaine et l’outre mer avec son épouse réunionnaise et leurs huit enfants. Après vingt ans de mariage, le couple divorce mais reste très proche. Passionné des mots, il nous fait découvrir son premier roman.


Sortie certainement avant, ou juste après les fêtes de fin d'année.

samedi, 23 novembre 2013

Beau Malheur

Beau Malheur

les deux versions en vidéo

 

Tu me dis que rien ne passe
Même au bout d'un moment
Qu'un beau jour c'est une impasse
Et derrière l'océan
Que l'on garde toujours la trace
D'un amour, d'un absent
Que tu refais surface
Comme hier droit devant
Tu me dis que rien ne sert
La parole ou le temps
Qu'il faudra une vie entière
Pour un jour faire semblant
Pour regarder en arrière
Revenir en souriant
En gardant ce qu'il faut taire
Et puis faire comme avant

Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire
Qu'il m'a fallu la peur pour être rassuré
Que j'ai connu la douleur avant d'être consolé
Qu'il m'a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Que j'ai connu la rancœur bien avant d'être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur...beau malheur

Tu me dis que rien n'efface
Ni la craie ni le sang
Qu'on apprend après la classe
Ou après ses 30 ans
On peut dire 3 fois hélas
Que personne ne l'entend
Comme personne ne remplace
Ceux qui partent pour longtemps
Tu me dis que vient l'hiver
Qu'on oublie le printemps
Que l'on vide les étagères
Qu'on remplit autrement
Qu'on se rappelle les yeux verts
Le rire à chaque instant
Qu'après tout la voix se perd
Mais les mots sont vivants

Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire
Qu'il m'a fallu la peur pour être rassuré
Que j'ai connu la douleur avant d'être consolé
Qu'il m'a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Que j'ai connu la rancœur bien avant d'être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur

Tu me dis que c'est un piège
Un jeu pour les perdants
Que le bateau est en liège
Et l'armure en fer blanc
Que plus rien ne te protège
Ou alors pas longtemps
Que c'est comme un sortilège
D'être seul à présent

Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire
Pour être rassuré
Avant d'être consolé
Pour ne plus rien cacher
Bien avant d'être apaisé

Il m'a fallu la peur pour être rassuré
Et j'ai connu la douleur avant d'être consolé
Il m'a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Et j'ai connu la rancœur bien avant d'être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur...beau malheur.



en mode acoustique :

vendredi, 08 novembre 2013

Ducati, revu et corrigé !

Ducati, revu et corrigé !

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Source : http://doublemesh.com/men-posing-like-motorcycle-models/

dimanche, 03 novembre 2013

Où t'es, Papa, où t'es ?

Où t'es, Papa, où t'es ?

 

 

papa, jaymie, mission, militaire, afrique, parti, où, enfant, fille, petite

J'imagine ma petite fille chanter cette chanson,

son papa est parti hier en mission pour 4 longs mois !

 


Dites-moi d'où il vient
Enfin je saurais où je vais
Maman dit que lorsqu'on cherche bien
On finit toujours par trouver
Elle dit qu'il n'est jamais très loin
Qu'il part très souvent travailler
Maman dit "travailler c'est bien"
Bien mieux qu'être mal accompagné
Pas vrai ?
Où est ton papa ?
Dis-moi où est ton papa ?
Sans même devoir lui parler
Il sait ce qu'il ne va pas
Ah sacré papa
Dis-moi où es-tu caché ?
Ça doit, faire au moins mille fois que j'ai
Compté mes doigts

[Refrain] (x2)
Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où, t'es où, t'es où, papa où t'es ?

Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où, t'es où, t'es où, papa où t'es ?

[Couplet 2]
Quoi, qu'on y croit ou pas
Y aura bien un jour où on y croira plus
Un jour ou l'autre on sera tous papa
Et d'un jour à l'autre on aura disparu
Serons-nous détestables ?
Serons-nous admirables ?
Des géniteurs ou des génies ?
Dites-nous qui donne naissance aux irresponsables ?
Ah dites-nous qui, tient,
Tout le monde sait comment on fait les bébés
Mais personne sait comment on fait des papas
Monsieur Je-sais-tout en aurait hérité, c'est ça
Faut l'sucer d'son pouce ou quoi ?
Dites-nous où c'est caché, ça doit
Faire au moins mille fois qu'on a, bouffé nos doigts

Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où, t'es où, t'es où, papa où t'es ?

Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où, t'es où, t'es où, papa où t'es ?




Où est ton papa ?
Dis-moi où est ton papa ?
Sans même devoir lui parler
Il sait ce qui ne va pas
Ah sacré papa
Dis-moi où es-tu caché ?
Ça doit, faire au moins mille fois que j'ai
Compté mes doigts

Où est ton papa ?
Dis-moi où est ton papa ?
Sans même devoir lui parler
Il sait ce qui ne va pas
Ah sacré papa
Dis-moi où es-tu caché ?
Ça doit, faire au moins mille fois que j'ai
Compté mes doigts

Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où t'es, papa où t'es ?
Où, t'es où, t'es où, papa où t'es ?

samedi, 05 octobre 2013

Je "croix" en l'esprit "ceint"

Je "croix" en l'esprit "ceint"

 

Jésus, INRI, ceinture, couronne, épines, suplice, homme, nu, croix, croire

vendredi, 20 septembre 2013

The Man I Love

The Man I Love

 

 

Henri, homme, homo, gay, amour, Toulouse, Vienne


podcast

Someday he'll come along, the man I love,
Un jour il viendra là, l'homme que j'aime
And he'll be big and strong, the man I love,
Et il sera puissant et fort, l'homme que j'aime
And when he comes my way, I'll do my best to make him stay.
Et quand il croisera mon chemin, je ferai de mon mieux pour le faire rester
He'll look at me and smile, I'll understand,
Il me regardera et me sourira, je comprendrai

And in a little while, he'll take my hand,
Et en un instant, il me prendra la main,
And though it seems absurd,
Et même si ça semble absurde,
I know we both won't say a word.
Je sais que tous deux ne diront pas un mot
Maybe I shall meet him Sunday, maybe Monday, maybe not,
Peut être que je le rencontrerai un dimanche, peut être un lundi, peut être pas,
Still I'm sure to meet one day,
Ni de tout ce qui arrivera d'autre,

Maybe Tuesday will be my good news day !
Peut être mardi sera le jour des bonnes nouvelles !
He'll build a little home just meant for two,
Il bâtira une maison faite pour deux,
From which I'll never roam, who would ? Would you ?
De laquelle je ne fuirai jamais, qui le ferait ? Tu le ferais ?
And so all else above,
Ni de tout ce qui arrivera d'autre,

I'm waiting for the man I love.
J'attends l'homme que j'aime
Maybe I shall meet him Sunday, maybe Monday, maybe not,
Peut-être que je le rencontrerai un dimanche, peut-être un lundi, peut-être pas,
Still I'm sure to meet one day,
Ni de tout ce qui arrivera d'autre,
Maybe Tuesday will be my good news day !
Peut-être mardi sera le jour des bonnes nouvelles !
He'll build a home just meant for two,
Il bâtira une maison faite pour deux,

From which I'll never roam, who would ? Would you ?
De laquelle je ne fuirai jamais, qui le ferait ? Tu le ferais ?
And so all else above,
Ni de tout ce qui arrivera d'autre,
I'm waiting for the man I love.
J'attends l'homme que j'aime

dimanche, 25 août 2013

Cékoidon

Cékoidon

 

vacances, repos, détente, hauteur, vertige, vitesse, prater, sissi