Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 novembre 2014

Hozier - Take Me To Church

Hozier - Take Me To Church

(Emmène-moi à l’église)

 

 

 

My lover's got humour
She's the giggle at a funeral
Knows everybody's disapproval
I should've worshipped her sooner
If the Heavens ever did speak
She is the last true mouthpiece
Every Sunday's getting more bleak
A fresh poison each week
'We were born sick,' you heard them say it
My church offers no absolutes
She tells me 'worship in the bedroom'
The only heaven I'll be sent to
Is when I'm alone with you
I was born sick, but I love it
Command me to be well
Amen. Amen. Amen

[Chorus](2x)
Take me to church
I'll worship like a dog at the shrine of your lies
I'll tell you my sins and you can sharpen your knife
Offer me that deathless death
Good God, let me give you my life

[Verse 2]
If I'm a pagan of the good times
My lover's the sunlight
To keep the Goddess on my side
She demands a sacrifice
To drain the whole sea
Get something shiny
Something meaty for the main course
That's a fine looking high horse
What you got in the stable?
We've a lot of starving faithful
That looks tasty
That looks plenty
This is hungry work

[Chorus]

[Bridge]
No masters or kings when the ritual begins
There is no sweeter innocence than our gentle sin
In the madness and soil of that sad earthly scene
Only then I am human
Only then I am clean
Amen. Amen. Amen

 

 

 

Mon amour a de l'humour
Elle est le rire à un enterrement
Connait la désapprobation de tout le monde
J'aurais dû l'adorer plus tôt
Si les Cieux parlent un jour
Elle est la dernière vraie porte-parole
Chaque dimanche devient plus sombre
Un nouveau poison chaque semaine
'Nous sommes nés malades' tu les as entendus le dire
Mon église n'offre aucun absolu
Elle me dit 'adore dans la chambre'
Le seul paradis où je serais envoyé
Est quand je suis seul avec toi
Je suis né malade, mais j'aime ça
Ordonne-moi d'être bien
Amen. Amen. Amen

[Refrain] (x2)
Emmène-moi à l'église
Je vais adorer comme un chien dans le santuaire de tes mensonges
Je te dirais mes péchés et tu pourras aiguiser ton couteau
M'offrir cette mort immortelle
Bon Dieu, laisse-moi te donner ma vie

[Couplet 2]
Si je suis un païen des bons moments
Mon amour est la lumière du soleil
Pour garder la déesse de mon côté
Elle exige un sacrifice
Pour vider toute la mer
Obtenir quelque chose de brillant
Quelque chose avec de la viande pour le plat principal
C'est une belle ressemblant à de grands chevaux
Qu'est-ce que tu as dans l'écurie?
Nous avons beaucoup de fidèles affamés
Ça a l'air délicieux
Ca a l'air plein
C'est un travail affamé

[Refrain]

[Bridge]
Pas de maîtres ou de rois quand le rituel commence
Il n'y a pas d'innocence plus douce que notre doux péché
Dans la folie et saleté de cette triste et terrestre scène
Seulement alors suis-je humain
Seulement alors suis-je propre
Amen. Amen. Amen

mercredi, 29 octobre 2014

L'oiseau Bleu, Kalîla et Dimna, XVème siècle

L'oiseau Bleu,

Kalîla et Dimna,

XVème siècle

 

L'oiseau Bleu, Kalila et Dimna, XVème siècle, Covix, Bernard, Lyon, courrier, enveloppe, rouge

Pañchatantra :
Le Livre de Kalîla et Dimna

-

 

 

Dès 570, l’empereur perse Khosro 1er, ayant entendu vanter ce recueil, envoya en Inde son premier médecin Borzouyeh avec pour mission d’en rapporter une copie.

 

Le Pañchatantra connaît alors une traduction en pehlvî, avec adjonction d’une préface d’Ali Ben Ach Chah al Farsi, puis en arabe par l’écrivain persan Ibn al-Muqaffa vers 750 à partir d’une version en pehlvî désormais perdue.

 

C'est l'importance de ces modifications qui va amener André Miquel dans sa traduction contemporaine à présenter Ibn al-Muqaffa comme l'auteur à part entière.

 

Le titre de la version arabo-persane, Kalîla wa Dimna, vient des noms de deux chacals, Kalîla et Dimna (dérivés du sanskrit Karataka et Damanaka), qui sont les héros du premier conte du premier livre.

 

Cette version arabe a été le chaînon majeur du passage de l'œuvre dans le monde occidental.

 

Elle connaît très vite un immense succès dans un monde arabe en expansion et féru de culture antique.

 

Ainsi de nombreux manuscrits vont être produits et diffusés ; il en reste de nombreux exemples aujourd'hui, étudiés par exemple par Leila Benninouche mais ni le manuscrit original, ni les premières versions n'ont été conservés.

 

Cet ouvrage fut traduit en grec au XIème siècle par Syméon Seth, en hébreu par Rabbi Joël au XIIème siècle, en latin, entre 1263.

 

Les contes se répandent aussi en Chine et dans l’Asie du Sud-Est sur les routes des pèlerins bouddhistes.

 

Le Pañchatantra connut aussi plusieurs adaptations en Inde-même, comme le très populaire Hitopadesha (हितोपदेश) et le Pañchâkhyânoddhâra (पञ्चाख्यानोद्धार), rédigé au Goujerat par le moine jaina Meghavijaya vers 1660.

 

Le Kalîla wa Dimna a été joliment enluminé, en particulier par l’école de miniature persane de Hérat en Afghanistan (à laquelle se rattache le grand peintre miniaturiste Behzad) au XVème siècle.

 

Merci à Covix pour l'envoi de cette gentille carte.

dimanche, 19 octobre 2014

The Boy Who Never

"The Boy Who Never"

 

 



The strongest structures ever built
Are the ones that don’t get built at all
And the kind of bricks that don’t get laid
Are the only kind that never fall

He taught himself how not to lose
By never really trying to win
That’s how the man in front of you became
The boy who never

I’m afraid of what might happen if
Together we build a wall
Cause the only kind of love that never gets built
Is the only kind of love that never falls
So I’ll forfeit future tears of joy to save us both from pain
I could kiss you now but I’d only miss you more
When I walk away

I never let my heart speak through my lips
I never let my hands rest on your hips
I never said ‘I love you’
But a heart never lies
I know you heard me say it when I said it with my eyes

So I’ll forfeit future tears of joy to save us both from pain
I could kiss you now but I’d only miss you more

He taught himself how not to lose
By never really trying to win
That’s how the man in front of you became
The boy who never

 

 

 

Les structures les plus fortes jamais construites
Sont celles qui ne se construisent pas
Et le genre de briques qui ne soit pas prévu
Sont du seul type qui ne tombe jamais

Il apprend seul à ne pas perdre
Pour jamais vraiment essayer de gagner
C'est ainsi que l'homme en face de toi est devenu
Le garçon qui n'a jamais...

J'ai peur de ce qui pourrait arriver si
Ensemble, nous construisons un mur
Parce que le seul type d'amour qui ne se construit
C'est le seul type d'amour qui ne tombe jamais
Donc, je vais perdre des larmes de joie à venir

pour nous sauver
à la fois de la douleur
Je pourrais t'embrasser maintenant, mais je ne te manque plus
Quand je marche
Quand je marche

Je n'ai jamais laissé mon coeur parler à travers mes lèvres
Je ne laisse jamais mes mains reposer sur tes hanches
Je n'ai jamais dit « Je t'aime »
Mais un coeur ne ment jamais
Je sais que tu m'avez entendu le dire quand je l'ai dit à mes yeux

Donc, je vais perdre des larmes de joie à venir
pour nous sauver à la fois de la douleur
Je pourrais t'embrasser maintenant, mais je ne te manque plus

Il apprend seul à ne pas perdre
Par jamais vraiment essayer de gagner
C'est ainsi que l'homme en face de toi est devenu
Le garçon qui n'a jamais

Le garçon qui n'a jamais ...

lundi, 13 octobre 2014

Nous irons ensemble

Nous irons ensemble

François-Xavier David

 

ISBN 9782342016109

Commande

Société des Écrivains : ICI

Amazon.fr : ICI

Fnac.fr : ICI

 

 

samedi, 11 octobre 2014

Montée de lait

Montée de lait

 

allaitement, sein, lait, bébé, mère, montée, douleur, couler, perte, biberon

 

« La supériorité de l'allaitement au sein sur le biberon réside

essentiellement dans le fait que son emballage

est plus agréable à l’œil.  »

de Marcel Etienne Grancher

vendredi, 10 octobre 2014

Calogero - Un jour au mauvais endroit (paroles)

Calogero
Un jour au mauvais endroit
(paroles)

 

 

 

La reconstitution du meurtre de Kevin et Sofiane prévue dans le quartier des Granges à Echirolles en Isère

 

Sofiane et Kevin avaient été mortellement lynchés le 28 septembre 2012, visiblement par une bande du quartier de la Villeneuve de Grenoble. Une reconstitution doit avoir lieu ce jeudi 3 avril dans la soirée. 

kevin, sofiane, échirolles, calogéro, un jour au mauvais endroit, Isère, maurice Thorez

Le fait divers a ému toute une ville.

Sofiane, étudiant, et Kevin, éducateur, ont perdu la vie le 28 septembre 2012, dans le parc Maurice Thorez situé au cœur du quartier des Granges, à Échirolles.

Un mauvais regard, une première bagarre, puis un règlement de compte d'une extrême violence.

Sofiane et Kevin, deux amis de 21 ans, avaient été roués de coups par une bande de 13 jeunes grenoblois, venus en découdre armés de pioches, battes de baseball, pistolet à grenaille et couteaux.

Un an et demi après les faits, une reconstitution va avoir lieu. 

Des dizaines de policiers vont être mobilisés pour l'occasion, pendant une grande partie de la nuit.

Le GIPN (Groupe d'Intervention de la Police Nationale) sera également présent.

Le quartier de l'allée d’Aquitaine et du parc Maurice-Thorez sera bouclé pour que l'enquête puisse avancer sans gêne, un gymnase sera également réquisitionné, pour y réunir les suspects.

 

 

 

mercredi, 08 octobre 2014

Langue de vipère

Langue de vipère

 

langue, vipère, belle-mère, mauvais, harpie, médisance, furie, méchante, méchanceté

 

Il n'y a que la langue des femmes pour être méchante comme une maladie vénérienne. [. .. ] cela ferait croire à la métempsychose : la femme a été vipère.

Journal des Goncourt tome 1
de Jules de Goncourt