Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 novembre 2013

Nous irons ensemble

Nous irons ensemble

 

où en sommes nous actuellement ...

 

Mon roman est actuellement chez l'imprimeur depuis un peu plus d'une semaine.

Ça avance, même si je trouve long, normal c'est un premier, il faut parfois que je me dise que mon prochain "bébé" aura mis autant de temps que mes enfants à voir le jour...

Deviendrais-je plus impatient avec l'âge ? Possible !


Ce que contiendra à peu près la première de couverture

roman, nous irons ensemble, livre, bébé, Lior, Julien, guerre

 

Voici pour ceux que cela intéresse, la quatrième de couverture :


Extrait :

« Tu es venu, sans me prévenir, c’est drôle comme il m’est plus facile de t’écrire, alors que, lorsque tu es là, près de moi, je suis incapable de te parler. [...] Je n’ai jamais descendu des escaliers aussi vite, je n’ai même pas fait attention à la façon dont j’étais vêtu, alors que ma belle-sœur était au dehors ; juste un caleçon court de coton blanc et un polo de la même couleur, même si octobre a déjà presque fini son parcours, il ne fait pas si froid ! Et tes bras m’ont tenu chaud, tout de suite, j’étais bien. »

 

De l'éditeur :

Un roman épistolaire très riche, couvrant une période de l’histoire prolifique en événements historiques. Cet aspect, auquel il faut ajouter la sexualité et l’identité des deux protagonistes, donne tout son intérêt au récit. Le choix, surprenant au début, du format de la correspondance, permet ici l’expression directe des sentiments et de l’émotion, qui affleure alors de façon presque palpable à chaque page. Au final, "Nous irons ensemble" déborde d’un humanisme héroïque, et on se laisse très vite prendre par l’émouvante histoire de ces deux jeunes hommes.


Biographie de l'auteur :

Né en 1961 dans un taxi à Amiens, François-Xavier est le second de quatre garçons. Vingt ans infirmier dans la Marine Nationale, puis informaticien, assistant commercial et enfin suit une formation de directeur de pompes funèbres, il parcourt la France métropolitaine et l’outre mer avec son épouse réunionnaise et leurs huit enfants. Après vingt ans de mariage, le couple divorce mais reste très proche. Passionné des mots, il nous fait découvrir son premier roman.


Sortie certainement avant, ou juste après les fêtes de fin d'année.

samedi, 23 novembre 2013

Beau Malheur

Beau Malheur

les deux versions en vidéo

 

Tu me dis que rien ne passe
Même au bout d'un moment
Qu'un beau jour c'est une impasse
Et derrière l'océan
Que l'on garde toujours la trace
D'un amour, d'un absent
Que tu refais surface
Comme hier droit devant
Tu me dis que rien ne sert
La parole ou le temps
Qu'il faudra une vie entière
Pour un jour faire semblant
Pour regarder en arrière
Revenir en souriant
En gardant ce qu'il faut taire
Et puis faire comme avant

Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire
Qu'il m'a fallu la peur pour être rassuré
Que j'ai connu la douleur avant d'être consolé
Qu'il m'a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Que j'ai connu la rancœur bien avant d'être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur...beau malheur

Tu me dis que rien n'efface
Ni la craie ni le sang
Qu'on apprend après la classe
Ou après ses 30 ans
On peut dire 3 fois hélas
Que personne ne l'entend
Comme personne ne remplace
Ceux qui partent pour longtemps
Tu me dis que vient l'hiver
Qu'on oublie le printemps
Que l'on vide les étagères
Qu'on remplit autrement
Qu'on se rappelle les yeux verts
Le rire à chaque instant
Qu'après tout la voix se perd
Mais les mots sont vivants

Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire
Qu'il m'a fallu la peur pour être rassuré
Que j'ai connu la douleur avant d'être consolé
Qu'il m'a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Que j'ai connu la rancœur bien avant d'être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur

Tu me dis que c'est un piège
Un jeu pour les perdants
Que le bateau est en liège
Et l'armure en fer blanc
Que plus rien ne te protège
Ou alors pas longtemps
Que c'est comme un sortilège
D'être seul à présent

Je peux seulement te dire
Je peux seulement te dire
Pour être rassuré
Avant d'être consolé
Pour ne plus rien cacher
Bien avant d'être apaisé

Il m'a fallu la peur pour être rassuré
Et j'ai connu la douleur avant d'être consolé
Il m'a fallu les pleurs pour ne plus rien cacher
Et j'ai connu la rancœur bien avant d'être apaisé
Tu ne sais pas encore ce que je sais par cœur
Ce que je sais par cœur...beau malheur.



en mode acoustique :

vendredi, 08 novembre 2013

Ducati, revu et corrigé !

Ducati, revu et corrigé !

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Ducati, moto, Corsa, Men, Homme, publicité, stratégie, rouge

 

Source : http://doublemesh.com/men-posing-like-motorcycle-models/

samedi, 05 octobre 2013

Je "croix" en l'esprit "ceint"

Je "croix" en l'esprit "ceint"

 

Jésus, INRI, ceinture, couronne, épines, suplice, homme, nu, croix, croire

vendredi, 20 septembre 2013

The Man I Love

The Man I Love

 

 

Henri, homme, homo, gay, amour, Toulouse, Vienne


podcast

Someday he'll come along, the man I love,
Un jour il viendra là, l'homme que j'aime
And he'll be big and strong, the man I love,
Et il sera puissant et fort, l'homme que j'aime
And when he comes my way, I'll do my best to make him stay.
Et quand il croisera mon chemin, je ferai de mon mieux pour le faire rester
He'll look at me and smile, I'll understand,
Il me regardera et me sourira, je comprendrai

And in a little while, he'll take my hand,
Et en un instant, il me prendra la main,
And though it seems absurd,
Et même si ça semble absurde,
I know we both won't say a word.
Je sais que tous deux ne diront pas un mot
Maybe I shall meet him Sunday, maybe Monday, maybe not,
Peut être que je le rencontrerai un dimanche, peut être un lundi, peut être pas,
Still I'm sure to meet one day,
Ni de tout ce qui arrivera d'autre,

Maybe Tuesday will be my good news day !
Peut être mardi sera le jour des bonnes nouvelles !
He'll build a little home just meant for two,
Il bâtira une maison faite pour deux,
From which I'll never roam, who would ? Would you ?
De laquelle je ne fuirai jamais, qui le ferait ? Tu le ferais ?
And so all else above,
Ni de tout ce qui arrivera d'autre,

I'm waiting for the man I love.
J'attends l'homme que j'aime
Maybe I shall meet him Sunday, maybe Monday, maybe not,
Peut-être que je le rencontrerai un dimanche, peut-être un lundi, peut-être pas,
Still I'm sure to meet one day,
Ni de tout ce qui arrivera d'autre,
Maybe Tuesday will be my good news day !
Peut-être mardi sera le jour des bonnes nouvelles !
He'll build a home just meant for two,
Il bâtira une maison faite pour deux,

From which I'll never roam, who would ? Would you ?
De laquelle je ne fuirai jamais, qui le ferait ? Tu le ferais ?
And so all else above,
Ni de tout ce qui arrivera d'autre,
I'm waiting for the man I love.
J'attends l'homme que j'aime

jeudi, 27 juin 2013

Passe muraille, selon Matteo Pugliese

Passe muraille, selon Matteo Pugliese

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Passe muraille, Matteo Pugliese, sculpture, sculpteur, italien, sardaigne, exposition, bronze

 

Matteo Pugliese est né à Milan en 1969.
En 1978, sa famille déménage à Sardaigne où Matteo a vécu pendant les 12 prochaines années.
Pendant ce temps, il a développé un grand amour pour le dessin et la sculpture et a continué son œuvre d'art sans aucune éducation formelle. Après avoir terminé ses études secondaires dans les classiques de Cagliari, il revient à Milan pour fréquenter l'université.
En 1995, il a obtenu son diplôme en littérature contemporaine à l'Université de Milan avec une thèse de fin d'études sur la critique d'art.
Encouragé par ses amis, en 2001, il a organisé et financé sa première exposition solo privée dans le centre de Milan. Seulement 18 mois plus tard, il réalise sa première exposition « officielle » dans une galerie Brera, Milan, et après quelques mois, il a organisé une exposition solo à Bruxelles.
Aujourd'hui ses œuvres sont exposées en permanence dans des galeries en Italie et dans les grandes villes à travers le monde, Rome, Hong Kong, Londres, Bruxelles, Lugano et La Haie et ont été montrées à certaines des plus importantes foires d'art italiennes et internationales tels que le Hong Kong Art Fair (Hong Kong), Art First (Bologne), Miart (Milan), Arco (Madrid), et Fiac (Paris).
Ces dernières années, ses œuvres ont été vendues avec succès à quelques-unes des plus prestigieuses maisons d'enchères de beaux-arts du monde (Christie, Sotheby, et Pandolfini).
Matteo Pugliese est marié et a une fille.

Source : http://www.matteopugliese.com/

Poor Betty Boop

Poor Betty Boop

 

Betty Boop, 1930, âgée, dessin, animé, film, Fleischer Studios, Margie Hines, Mae Questel

 

Betty Boop est l'héroïne d'une série de dessins animés américains créée par les Fleischer Studios entre 1930 et 1931.


Elle apparaît le 9 août 1930 dans le dessin animé Dizzy Dishes puis dans une douzaine de dessins animés, comme personnage secondaire anonyme, notamment aux côtés du chien vedette Bimbo, lequel aura en définitive une renommée plus modeste.


À ses débuts, dotée de longues oreilles tombantes mais déjà très maniérée, elle hésite entre une identité de chienne anthropomorphe et de jeune femme cabotine et délurée.


C'est à partir de 1931 qu'elle est la vedette de plusieurs aventures sous le nom de Betty Boop.


Première héroïne de dessin animé, représentée sous les traits d'une petite femme brune aguicheuse et sensuelle (qui n'est pas sans rappeler Marilyn Monroe — laquelle reprendra avec un grand retentissement le fameux gloussement affecté poo-poo-pee-doo de la reine du glamour de celluloïd —, bien que ce soit la chanteuse Helen Kane qui ait été utilisée comme modèle), elle est devenue un sex-symbol de l'âge d'or de l'animation américaine.


Mais, à cause de sa jupe trop courte et de certains épisodes avec ses compagnons, Betty Boop a été censurée pendant quelque temps (le temps que le studio rallonge sa robe).


Elle a chanté dans plusieurs films mêlant parfois prises de vues et animation dotés d'un sous-titrage avec bouncing ball, véritable ancêtre du karaoké, adaptant des chefs-d'œuvre de la chanson réaliste et du jazz, comme Minnie the Moocher de Cab Calloway, dans des animations d'une grande fantaisie.


Sa voix était doublée par Margie Hines et Mae Questel dans les années trente. Mae Questel doubla encore Betty Boop en 1988 dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ?


Elle a fait connaître Popeye le marin dans les années 1930.


Celui-ci avait fait une apparition dans l'un des dessins animés dont elle était la vedette et, le grand public l'ayant beaucoup apprécié, il naviguera dès lors de ses propres voiles.

 

Betty Boop, 1930, âgée, dessin, animé, film, Fleischer Studios, Margie Hines, Mae Questel

Cliquez sur Betty Boop