Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 octobre 2015

Tu ne coucheras point... !

Tu ne coucheras point... !

 

 

Lors d’une de ses émissions, une célèbre animatrice radio états-unienne fit remarquer que l’homosexualité est une perversion. « C’est ce que dit la Bible dans le livre du Lévitique, chapitre 18, verset 22 : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination ». La Bible le dit. Un point c’est tout », affirma-t-elle.

 

 

Quelques jours plus tard, un auditeur lui adressa une lettre ouverte qui disait :

 

 

« Merci de mettre autant de ferveur à éduquer les gens à la Loi de Dieu. J’apprends beaucoup à l’écoute de votre programme et j’essaie d’en faire profiter tout le monde. Mais j’aurais besoin de conseils quant à d’autres lois bibliques.

 

 

Par exemple, je souhaiterais vendre ma fille comme servante, tel que c’est indiqué dans le livre de l’Exode, chapitre 21, verset 7. A votre avis, quel serait le meilleur prix ?

 

 

Le Lévitique aussi, chapitre 25, verset 44, enseigne que je peux posséder des esclaves, hommes ou femmes, à condition qu’ils soient achetés dans des nations voisines. Un ami affirme que ceci est applicable aux mexicains, mais pas aux canadiens. Pourriez-vous m’éclairer sur ce point ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas posséder des esclaves canadiens ?

 

 

J’ai un voisin qui tient à travailler le samedi. L’Exode, chapitre 35, verset 2, dit clairement qu’il doit être condamné à mort. Je suis obligé de le tuer moi-même ? Pourriez-vous me soulager de cette question gênante d’une quelconque manière ?

 

 

Autre chose : le Lévitique, chapitre 21, verset 18, dit qu’on ne peut pas s’approcher de l’autel de Dieu si on a des problèmes de vue. J’ai besoin de lunettes pour lire. Mon acuité visuelle doit-elle être de 100% ? Serait-il possible de revoir cette exigence à la baisse ?

 

 

Un de mes amis pense que même si c’est abominable de manger des fruits de mer (Lévitique 11:10), l’homosexualité est encore plus abominable. Je ne suis pas d’accord. Pouvez-vous régler notre différend ?

 

 

La plupart de mes amis de sexe masculin se font couper les cheveux, y compris autour des tempes, alors que c’est expressément interdit par Le Lévitique (19:27). Comment doivent-ils mourir ?

 

 

Je sais que l’on ne me permet aucun contact avec une femme tant qu’elle est dans sa période de règles (Lévitique. 15:19-24). Le problème est : comment le dire ? J’ai essayé de demander, mais la plupart des femmes s’en offusquent…

 

 

Quand je brûle un taureau sur l’autel du sacrifice, je sais que l’odeur qui se dégage est apaisante pour le Seigneur (Lévitique. 1:9). Le problème, c’est mes voisins : ils trouvent que cette odeur n’est pas apaisante pour eux. Dois-je les châtier en les frappant ?

 

 

Un dernier conseil. Mon oncle ne respecte pas ce que dit le Lévitique, chapitre 19, verset 19, en plantant deux types de culture différents dans le même champ, de même que sa femme qui porte des vêtements faits de différents tissus, coton et polyester. De plus, il passe ses journées à médire et à blasphémer. Est-il nécessaire d’aller jusqu’au bout de la procédure embarrassante de réunir tous les habitants du village pour lapider mon oncle et ma tante, comme le prescrit le Lévitique, chapitre 24, versets 10 à 16 ? On ne pourrait pas plutôt les brûler vifs au cours d’une simple réunion familiale privée, comme ça se fait avec ceux qui dorment avec des parents proches, tel qu’il est indiqué dans le livre sacré, chapitre 20, verset 14 ?

 

 

source : http://www.comlive.net

vendredi, 09 janvier 2015

Je suis Charlie

Je suis Charlie

 

Charlie, Hebdo, nous sommes tous des charlie, Je suis Charlie, Paris, 7 janvier 2015, dessin, dessiner, caricature, islamiste, terrorisme



podcast

 

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu´on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c´est l´alarme.
Ce soir l´ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite!
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite...

C´est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève...

Ici chacun sait ce qu´il veut, ce qu´il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l´ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute...

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh...

 

Chant des partisans interprété le 14 juillet 2006
par Philippe Brocard

vendredi, 10 octobre 2014

Calogero - Un jour au mauvais endroit (paroles)

Calogero
Un jour au mauvais endroit
(paroles)

 

 

 

La reconstitution du meurtre de Kevin et Sofiane prévue dans le quartier des Granges à Echirolles en Isère

 

Sofiane et Kevin avaient été mortellement lynchés le 28 septembre 2012, visiblement par une bande du quartier de la Villeneuve de Grenoble. Une reconstitution doit avoir lieu ce jeudi 3 avril dans la soirée. 

kevin, sofiane, échirolles, calogéro, un jour au mauvais endroit, Isère, maurice Thorez

Le fait divers a ému toute une ville.

Sofiane, étudiant, et Kevin, éducateur, ont perdu la vie le 28 septembre 2012, dans le parc Maurice Thorez situé au cœur du quartier des Granges, à Échirolles.

Un mauvais regard, une première bagarre, puis un règlement de compte d'une extrême violence.

Sofiane et Kevin, deux amis de 21 ans, avaient été roués de coups par une bande de 13 jeunes grenoblois, venus en découdre armés de pioches, battes de baseball, pistolet à grenaille et couteaux.

Un an et demi après les faits, une reconstitution va avoir lieu. 

Des dizaines de policiers vont être mobilisés pour l'occasion, pendant une grande partie de la nuit.

Le GIPN (Groupe d'Intervention de la Police Nationale) sera également présent.

Le quartier de l'allée d’Aquitaine et du parc Maurice-Thorez sera bouclé pour que l'enquête puisse avancer sans gêne, un gymnase sera également réquisitionné, pour y réunir les suspects.

 

 

 

dimanche, 28 septembre 2014

L'alcool tue, en tous les cas, il s'identifie à la mort

L'alcool tue, en tous les cas,

il s'identifie à la mort

 

Alcool, tête de mort, boire, conduire, choisir, goutte, degré, volant

« Plus d'hommes se sont noyés dans l'alcool que dans la mer.  »

de W.C. Fields

lundi, 15 septembre 2014

Y a t-il plus con ?

Y a t-il plus con ?

(épisode 3/3)

A gagné le gros lot !

 

Y a t-il plus con, père, mère, enfant, inconscience, débilité, famille, manif pour tous

 

« La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini.  »

Ernest Renan

(Joseph Ernest Renan, né le 28 février 1823 à Tréguier et mort le 2 octobre 1892 à Paris,
est un écrivain, philologue, philosophe et historien français.)

mercredi, 18 décembre 2013

Quand le rêve devient réalité ...

Quand le rêve devient une réalité palpable ...

 

 

nous irons ensemble, presse, page, lecture, livre, roman, société des écrivains, parution, ISBN, juif, prêtre, guerre, nazi, déportation, librairie

... une réalité palpable qui pèse 700 grammes pièce*

 

 

 

*exemplaires contractuels reçus dans l'après midi.

mercredi, 06 novembre 2013

Mangez-le si vous voulez

"Mangez-le si vous voulez"

Ce que je lis en ce moment

Mangez-le si vous voulez, Jean Teulé, livre, Dordogne, Hautefaye, drâme, cannibalisme, procès, Nontron, Périgueux, Prusse, Allemagne, France, Napoléon III, livre

Hautefaye a été le théâtre, lors d'une foire le 16 août 1870, du supplice et de la mise à mort par immolation d'un jeune aristocrate local, Alain de Monéys, par la population du village.


Suite à un malentendu, celui-ci est devenu un bouc-émissaire dans le contexte de la guerre franco-allemande et des passions exacerbées qu'elle a provoquées.


Le caractère barbare de l'événement a été amplifié par des rumeurs de cannibalisme, dues notamment à des propos attribués au maire du village (« Mangez-le si vous voulez »).

Mangez-le si vous voulez, Jean Teulé, Livre, Dordogne, France, Allemagne, Prusse, guerre, 1870, procès, Nontron, Périgueux, cannibale

En décembre 1870, lors du procès qui s'est tenu à Périgueux, vingt villageois furent condamnés, dont quatre à la peine capitale, lesquels ont été exécutés sur la place d'Hautefaye, d'autres ont été déportés au bagne de Nouvelle-Calédonie.


Livre agréable à lire, même si l'histoire réelle est terriblement difficile. On appelle ça des êtres humains ? J'ai du mal à le croire !


Cela donne quand même à réfléchir, quand la barbarie et la folie s'empare d'une foule ...


À lire sur le net concernant l'affaire : ICI