Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 avril 2015

Parus depuis 2013

Parus depuis 2013

 

Un papa ne pleure pas, roman, livre, Société des Écrivains, Publibook, Nous irons ensemble, Mémoire trahie, Pour l'amour de Blaise, Innocent Le Bastar

"Nous irons ensemble"

ISBN 9782342016109

 

Un papa ne pleure pas, roman, livre, Société des Écrivains, Publibook, Nous irons ensemble, Mémoire trahie, Pour l'amour de Blaise, Innocent Le Bastar

Présentation de l'éditeur

« Tu es venu, sans me prévenir, c'est drôle comme il m'est plus facile de t'écrire, alors que, lorsque tu es là, près de moi, je suis incapable de te parler. [...] Je n'ai jamais descendu des escaliers aussi vite, je n'ai même pas fait attention à la façon dont j'étais vêtu, alors que ma belle-sœur était au dehors ; juste un caleçon court de coton blanc et un polo de la même couleur, même si octobre a déjà presque fini son parcours, il ne fait pas si froid ! Et tes bras m'ont tenu chaud, tout de suite, j'étais bien. »

 

  • Broché: 520 pages
  • Editeur : Société des écrivains; Édition : Romans sentimentaux (19 novembre 2013)
  • Collection : - SDE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2342016107
  • ISBN-13: 978-2342016109
  • Dimensions du produit: 21 x 3,6 x 14,5 cm

-0-

Un papa ne pleure pas, roman, livre, Société des Écrivains, Publibook, Nous irons ensemble, Mémoire trahie, Pour l'amour de Blaise, Innocent Le Bastar

"Mémoire trahie"

ISBN 9782342030556

Un papa ne pleure pas, roman, livre, Société des Écrivains, Publibook, Nous irons ensemble, Mémoire trahie, Pour l'amour de Blaise, Innocent Le Bastar

Présentation de l'éditeur

« Quelque part, j'ai envie de me souvenir rapidement, je sens que je vais en apprendre plus avec Gwendal qu'avec Ethan.

Par moments, je me demande pourquoi Gwendal s'est rapproché autant de moi en si peu de temps. Y a-t-il un intérêt derrière tout ça ?

Dois-je me méfier de lui ? Dois-je me méfier d'Ethan ? Ne suis pas en train de devenir un peu paranoïaque ? »

 

Le corps meurtri, la mémoire envolée : le réveil est pour le moins brutal pour Erwan.

De son passé ne lui sont données que de maigres pièces : un frère jumeau, une femme qui le laisse indifférent, une ancienne connaissance qui se montre bienveillante...

Quelques fils ténus pour découvrir qui il est, coïncider de nouveau avec lui-même.

Toutefois, l'amnésie est-elle seule responsable de cette dépossession de soi ?

Roman aux accents de thriller psychologiques, aux saveurs de vieux film noir, « Mémoire trahie » compose, sur les thèmes de l'identité et des faux-semblants, une intrigue aussi machiavélique que captivante.

 

  • Broché: 322 pages
  • Editeur : Publibook; Édition : Policier/Suspense (18 novembre 2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 234203055X
  • ISBN-13: 978-2342030556
  • Dimensions du produit: 22,5 x 2,2 x 14 cm

 

-0-

Un papa ne pleure pas, roman, livre, Société des Écrivains, Publibook, Nous irons ensemble, Mémoire trahie, Pour l'amour de Blaise, Innocent Le Bastar

"Pour l'amour de Blaise"

ISBN 9782342035858

Un papa ne pleure pas, roman, livre, Société des Écrivains, Publibook, Nous irons ensemble, Mémoire trahie, Pour l'amour de Blaise, Innocent Le Bastar

Présentation de l'éditeur

« Voilà, je savais bien qu'il “en était” et je n'ai pas supporté qu'il préfère un autre que moi.

Mais comment finalement n'aurait-il pas pu préférer un autre, vu qu'il ne me connaissait même pas ?

C'est ça que j'aurais dû lui demander en premier : m'avait-il déjà remarqué ?

Je n'ai même pas réfléchi à ça à ce moment-là.

J'ai saisi une pierre dans le talus avec mes deux mains et l'ai frappé au crâne à plusieurs reprises, et je l'ai frappé, l'ai frappé et encore frappé puis... »

 

Condamné à une lourde peine d'emprisonnement pour le meurtre d'un jeune homme qui s'est refusé à lui, Pascal, après quatorze années d'enfermement, voit son quotidien s'éclairer lorsque s'amorce entre lui et Clément, qui vit au-dehors, une correspondance.

Un échange où ce dernier souffle initialement le chaud et le froid avant de laisser entrevoir des intentions inattendues au prisonnier qui commence à dessiner pour lui un avenir.

Mais est-il encore maître de son destin ?

Récit qui embrasse les codes du roman épistolaire et du thriller psychologique, «

Pour l'amour de Blaise » est de ces œuvres où la manipulation s'exerce avec brio, faisant miroiter seconde chance et pardon là où se trament des plans plus terribles.

Un livre-piège et un roman par lettres où les liaisons se font inévitablement dangereuses, par un auteur qui dévoile un pan plus cynique de son imaginaire.

 

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 285 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 165 pages
  • Editeur : Société des écrivains (27 mars 2015)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français

-0-

Un papa ne pleure pas, roman, livre, Société des Écrivains, Publibook, Nous irons ensemble, Mémoire trahie, Pour l'amour de Blaise, Innocent Le Bastar

"Un papa ne pleure pas"

ISBN 9782342095995

Un papa ne pleure pas, roman, livre, Société des Écrivains, Publibook, Nous irons ensemble, Mémoire trahie, Pour l'amour de Blaise, Innocent Le Bastar

« Depuis des années maintenant, j'ai besoin de répandre sur papier ce que j'ai vécu, ressenti au plus profond de mon âme, mais surtout ce que je vis encore à l'heure actuelle, la souffrance.

Comme beaucoup d'hommes mariés, j'ai été père à une période de ma vie, et je suis ce que l'on appelle dorénavant un papange, un papa qui a perdu un enfant en bas âge, un petit ange donc. Mon fils est mort, il y a bien sûr quelques années maintenant, mais pour moi, c'est comme si c'était arrivé hier ! »

On connaissait F.-X. David pour ses incursions dans les registres sentimentaux et psychologiques avec, pour fil rouge, l'évocation de l'homosexualité masculine.

Il compose aujourd'hui avec ce texte son récit le plus intimiste, le plus introspectif, qui met en scène les drames vécus par Matthieu qui, à force de répondre aux attentes des autres, s'est oublié et enferré dans une situation intolérable.

Mensonges et secrets, violences et souffrances, incompréhension et folie, mort et deuil emprisonnent ainsi cet homme dans un carcan qu'il lui faudra briser...

Roman aux pages étouffantes et aux thèmes forts, « Un papa ne pleure pas » dit, patiemment, prudemment, la renaissance d'un être qui apprend à vivre selon ses désirs.

 

  • Relié: 260 pages
  • Editeur : Publibook; Édition : Romans sentimentaux (1 avril 2015)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2342035993
  • ISBN-13: 978-2342035995
  • Dimensions du produit: 1,6 x 14 x 22,5 cm

lundi, 15 décembre 2014

Petit tour dans les Alpes

Petit tour dans les Alpes

cliquez sur la photo

Alpes, montagne, neige, escalade, eau, rivière, village, train, randonnée

samedi, 13 décembre 2014

Hitler rencontre Jacquouille la Fripouille !

Hitler rencontre Jacquouille la Fripouille !

 

vendredi, 12 décembre 2014

A Vava Inouva

A Vava Inouva

 Idir et Karen Matheson

 

Txilek elli yi n taburt a Vava Inouva
Je t'en prie père Inouba ouvre-moi la porte
Ccencen tizebgatin-im a yelli Ghriba
O fille Ghriba fais tinter tes bracelets
Ugadegh lwahc elghaba a Vava Inouva
Je crains l'ogre de la forêt père Inouba
Ugadegh ula d nekkini a yelli Ghriba
O fille Ghriba je le crains aussi.

Amghar yedel deg wbernus
Le vieux enroulé dans son burnous
Di tesga la yezzizin
A l'écart se chauffe
Mmis yethebbir i lqut
Son fils soucieux de gagne pain
Ussan deg wqarru-s tezzin
Passe en revue les jours du lendemain
Tislit zdeffir uzetta
La bru derrière le métier à tisser
Tessallay tijebbadin
Sans cesse remonte les tendeurs
Arrac ezzin d i tamghart
Les enfants autour de la vieille
A sen teghar tiqdimin
S'instruisent des choses d'antan

Txilek elli yi n taburt a Vava Inouva
Je t'en prie père Inouba ouvre-moi la porte
Ccencen tizebgatin-im a yelli Ghriba
O fille Ghriba fais tinter tes bracelets
Ugadegh lwahc elghaba a Vava Inouva
Je crains l'ogre de la forêt père Inouba
Ugadegh ula d nekkini a yelli Ghriba
O fille Ghriba je le crains aussi

Tuggi kecment yehlulen
La neige s'est entassée contre la porte
Tajmaât tettsargu tafsut
L'"ihlulen" bout dans la marmite
Aggur d yetran hejben
La tajmaât rêve déjà au printemps
Ma d aqejmur n tassaft
La lune et les étoiles demeurent claustrées
Idegger akken idenyen
La bûche de chêne remplace les claies
Mlalen d aït waxxam
La famille rassemblée
I tmacahut ad slen
Prête l'oreille au conte

Txilek elli yi n taburt a Vava Inouva
Je t'en prie père Inouba ouvre-moi la porte
Ccencen tizebgatin-im a yelli Ghriba
O fille Ghriba fais tinter tes bracelets
Ugadegh lwahc elghaba a Vava Inouva
Je crains l'ogre de la forêt père Inouba
Ugadegh ula d nekkini a yelli Ghriba
O fille Ghriba je le crains aussi

 

samedi, 06 décembre 2014

Mémoire trahie

Mémoire trahie

ISBN 9782342030556

Éditeur : Publibook

Mémoire trahie, Publibook, François-Xavier DAVID, 9782342030556, Gwendal, Erwan, Ethan, Julie, Nantes, Marrakech, Essaouira, Maroc, Toulouse

Mémoire trahie
par François-Xavier David


"Quelque part, j'ai envie de me souvenir rapidement, je sens que je vais en
apprendre plus avec Gwendal qu'avec Ethan. Par moments, je me demande
pourquoi Gwendal s'est rapproché autant de moi en si peu de temps. Y a-t-il un
intérêt derrière tout ça? Dois-je me méfier de lui ? Dois-je me méfier d'Ethan ? Ne  suis-je pas en train de devenir un peu paranoïaque ?"

 

Mémoire trahie, Publibook, François-Xavier DAVID, 9782342030556, Gwendal, Erwan, Ethan, Julie, Nantes, Marrakech, Essaouira, Maroc, Toulouse


Le corps meurtri, la mémoire envolée : le réveil est pour le moins brutal pour
Erwan. De son passé ne lui sont données que de maigres pièces: un frère jumeau,
une femme qui le laisse indifférent, une ancienne connaissance qui se montre
bienveillante... Quelques fils ténus pour découvrir qui il est, coïncider de nouveau
avec lui-même. Toutefois, l'amnésie est-elle seule responsable de cette dépossession de soi?

Mémoire trahie, Publibook, François-Xavier DAVID, 9782342030556, Gwendal, Erwan, Ethan, Julie, Nantes, Marrakech, Essaouira, Maroc, Toulouse

(projet de couverture avant édition définitive)


Roman aux accents de thriller psychologiques, aux saveurs de vieux film noir,
"Mémoire trahie" compose, sur les thèmes de l'identité et des faux-semblants, une intrigue aussi machiavélique que captivante.

mercredi, 03 décembre 2014

Mr. Furieux : "La Team France avait besoin d'un coach pour les jammeuses"

Mr. Furieux : "La Team France

avait besoin d'un coach pour les jammeuses"

 

Tout le monde le connaît pour son jamming délirant, développé auprès des Quad Guards (Toulouse), et chez les Southern Discomfort (Londres). Mais Mr. Furieux, a aussi intégré le staff team France en cours de route, pour faire profiter de son expertise aux filles. Il nous confie ses impressions sur cette dernière expérience !

 

Killian, Mr Furieux, Roller Derby, champion d'Europe, Toulouse, Londres

 

 

Quand as-tu rejoint le staff Team France ?


J’étais spectateur lors du gros événement qui a eu lieu à Nantes en février dernier (le SuperBrawl of Roller Derby). La Team France y affrontait le Canada et l’Angleterre. En rentrant à Londres, j’ai envoyé un message à Pierre Ardellier pour lui proposer mon aide en tant que coach jammeuse. C’est ma spécialité et je le faisais déjà auprès des LRG (London Rollergirls). Avant ça, les jammeuses n’avaient pas de cours particulier, à part avec Pierre, mais rien de vraiment adapté pour le patinage. C’était quelque chose qui manquait et je pense que ça leur a beaucoup apporté.

Tu as constaté une vraie évolution dans le jeu des jammeuses ?


Oui ! De toute façon c’est quelque chose de naturel quand les filles font du spécifique. Les jammeuses avaient un grand manque de retour sur ce qu’elles faisaient, je leur ai apporté ça. J’essaye aussi de faire en sorte qu’elles aient un jamming plus réfléchi et qu’elles voient d’elles-mêmes ce qui marche ou pas.
Il leur faut un jamming qui corresponde au haut niveau et à ce qu’elles vont voir à la World Cup pour ne pas êtres trop déphasées. Elles ont toutes énormément progressé, même celles qui n’iront pas à Dallas. Ça va beaucoup aider le derby français.

Est-ce que tu pars à Dallas ?


Je ne sais pas encore si je peux me payer le trajet. Les filles de la Team France essayent de me faire venir là-bas mais c’est compliqué. Si je ne peux pas venir j’essaierai de regarder les matchs et de faire des retours par Skype.

L’interview a été réalisée un mois avant la World Cup, entre temps il a trouvé un moyen de s’y rendre !

Quel est ton objectif, en tant que coach, pour l’équipe ?


Je ne suis pas le Head Coach donc je n’ai pas d’objectif en terme de place mais plus au niveau de la performance. Je voudrais que les jammeuses jamment comme on l’a appris pendant les stages. J’ai essayé de mettre en place des exercices pour réussir à répondre à des situations difficiles et atteindre un certain niveau. Mon objectif est de voir que l’équipe fonctionne en harmonie, avec une communication qui marche, plus que le reste. Bien sûr, l’équipe vise une place mais j’essaie de ne pas penser à ça. Si elles font le boulot, ça devrait suivre.

Comment la blessure de Cash Pistache, l'une des meilleures jammeuses de France, a t-elle été vécue ?


Ça n’a pas été pris comme un drame, le sport est comme ça alors quand ça arrive, ça fait chier, mais on n’est pas abattus. Au niveau du pôle jammeuses ça a laissé un trou mais je pense qu’on a fait ce qu’il fallait pour le combler. On est confiant car on a bien bossé le jeux des bloqueuses pour qu’il soit adapté à celui des jammeuses.

Qui l’a remplacé ?


Au moment où elle s’est blessée on n’avait pas encore de liste de jammeuses titulaires. Il y a forcément une jammeuse en partance pour Dallas qui, de fait, n’aurait pas joué mais je ne sais pas précisément qui.

Connaissez-vous bien le jeu des autres équipes ?


Il y a des équipes qu’on connaît bien, voire contre qui elles ont déjà joué, notamment au tournoi européen à Mons. Là on sait à quoi s’attendre, même si certaines filles étaient absentes. Les équipes du top on les connaît et on sait ce qu’on vaut contre elles, mais il y a des petites énigmes comme l’Argentine ou d’autres carrément inconnues comme le Japon. 
Je sais que le derby y existe depuis longtemps mais je ne sais pas à quoi correspond le niveau. Si je fais le parallèle avec l’équipe masculine que j’ai vu à la World Cup on n’a rien à craindre !

 

 

Tu as participé à la World Cup masculine en mars dernier à Birmingham. Qu’est-ce que ça fait de vivre de nouveau une coupe du monde, mais en tant que coach ?


En joueur je crois que je suis plus détendu, alors qu’avec les filles je me fais plus de soucis. J’ai peur de ne pas être là et il y a beaucoup de choses qui me stressent, je me demande “Quel sol il y aura ?” par exemple. Je sais que certaines filles n’ont pas l’habitude de ce genre de gros événements internationaux avec beaucoup de pression. Elles sont préparées pour le reste mais pas forcément pour ça.

Coacher la Team France a monopolisé beaucoup de ton temps cette année. Si c’était à refaire ?


J’ai décidé de me mettre là dedans, je l’ai voulu notamment pour les filles et oui je le referais ! D’ailleurs on commence à penser à l’après World Cup et je me demande si je remets le couvert ou pas.

Que prévoyez-vous exactement ?


Il y a beaucoup de questions au niveau du staff : qui reste ? Qui remplace qui ? Ce sont des questions qu’on va se poser avec les joueuses qui sont maintenant en Team France. L’idée c’est que le collectif continue après la World Cup et que des matchs puissent se refaire. Chez les mecs ça ne s’est pas fait et beaucoup de personnes le regrettent. C’est un peu comme un centre de formation en continu et c’est bien pour le derby français.

Si tu devais changer quelque chose à cette année de préparation ?


Je viendrais plus tôt ! A part ça non, je ne changerais rien et même si on a fait des erreurs ça nous permet d’apprendre et de ne pas les reproduire. Sur la fin, j’ai trouvé que je n’avais pas assez de temps pour leur apprendre tout ce que je voulais, mais ça c’est mon côté perfectionniste. Avec les coachs on ne s’entendait pas forcément sur tout au début et on a réussi à avoir une équipe qui marche au final. Ce sera une bonne chose pour le staff qui va prendre la relève, on pourra leur expliquer les problèmes qu’on a rencontré et aller au delà.

Un mot pour la fin ?


J’espère que l’expérience de la Team France et la mienne avec les jammeuses vont faire bouger l’idée qu’on se fait du coaching en France, car on est en retard sur ce qui se fait ailleurs. En tout cas par rapport à ce que j’ai vu en Angleterre ou aux Etats-Unis.
On a des choses à faire ou même à inventer. J’espère que ce qu’on a mis en place cette année en Team France sera répercuté dans les ligues, parce que ça fait monter le niveau et parce que les filles sont en demande.

Pour suivre Mr. Furieux sur facebook, c'est ici.

© Lightfield

Source : ICI

samedi, 01 novembre 2014

L'Hôpital des Armées René Le Bas

L'Hôpital des Armées René Le Bas

 

L'Hôpital des armées René-Le-Bas, connu localement comme hôpital maritime de Cherbourg, est un ancien hôpital militaire créé sur décision de l'Empereur Napoléon III en 1858. Terminé en 1871 à Cherbourg, il ferme ses portes en 2002.

hôpital, cherbourg, rené le bas, armées, médecine, dermatologie, garde, officier, direction, urgences

J'ai rejoint l'hôpital des armées de Cherbourg en septembre 1987 et je l'ai quitté en juillet 1992 pour me rendre à Toulon.

 

hôpital, armées, Cherbourg, Manche, marine, médecine, garde, officier, dermatologie, urgences, décès, Tuatini

 

Cinq années que j'aimerais effacer de ma mémoire.

 

hôpital, armées, Cherbourg, Manche, marine, médecine, garde, officier, dermatologie, urgences, décès, Tuatini

 

Un autre aperçu de l'hôpital au moment de la guerre 1914/1918

 

hôpital, armées, Cherbourg, Manche, marine, médecine, garde, officier, dermatologie, urgences, décès, Tuatini

 

Heureusement, j'ai eu deux belles années sur place, 1989 et 1990 où deux de mes enfants y sont nés.

 

C’est après la guerre d'Amérique et l'échec des opérations navales en Manche sous le premier Empire qu’il fut décidé de construire à Cherbourg le grand port qui manquait en France. La nécessité d'un hôpital en cette même place devint évidente.
Sous la Révolution française, on transforma l'ancienne abbaye, en hôpital. 500 malades pouvaient y loger.

En août 1858, l'empereur Napoléon III et l'impératrice Eugénie viennent inaugurer la dernière tranche des travaux du port de Cherbourg. L'empereur décide alors la construction de l'hôpital militaire qui sera inauguré le 15 février 1869 et vraiment achevé en 1871.

Il comportait des salles de 40 m de long, 9 m de large et 4,5 m de hauteur sous plafond et jusqu’à 44 malades par salle. Un pavillon des contagieux fut construit pour héberger les malades atteints de typhoïde, rougeole, scarlatine, tuberculose et choléra dans une ville qui comptait à la fin du dix-neuvième siècle 6 000 militaires et 4 500 ouvriers.

L'hôpital vécut les grandes découvertes médicales : l'anesthésie, les découvertes pasteuriennes, l'électricité médicale et la radiographie. Un bloc opératoire moderne fut installé en 1913. Tout le long la guerre 1914-1918, 700 à 800 blessés étaient soignés dans l’hôpital sans discontinuer. Durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands occupèrent les lieux et y construisirent un blockhaus qui existe toujours.

Le 9 novembre 1982, ce centre hospitalier des armées a été baptisé « René Le Bas », du nom du premier médecin militaire à rallier les forces navales françaises libres.

Membre des Forces navales françaises libres et embarqué à bord du croiseur sous-marin Surcouf, le médecin de 1ère classe de marine René Le Bas a disparu dans la nuit du 18 février 1942 dans la mer des Caraïbes, quand son bâtiment a coulé corps et biens avec tout son équipage, abordé accidentellement par un cargo américain ou coulé par méprise par un hydravion de l'US Air Force. Son nom figure sur la plaque apposée sur le monument en mémoire du Surcouf érigé sur la petite jetée du port de Cherbourg.

L'hôpital des armées cesse de fonctionner le 26 juin 2002 pour des raisons politiques (livre blanc en 1994), une grosse partie des activités médicales sont transférées à l'hôpital Louis Pasteur, le reste des activités sont transférées au CHU de Caen.

 

Une partie de mon troisième roman "Un papa ne pleure pas" se passe dans les murs de cet hôpital et dans cette ville de Cherbourg.